Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ma musique mes coups de gueule les états d’âmes de J.L.D.

La musique peut tout entreprendre, tout oser et tout peindre, pourvu qu'elle charme et reste enfin, et toujours, de la musique. Ravel (extrait de Esquisse autobiographique).

LA MUSIQUE ENGAGÉE ET DE RÉVOLTE Quelle place la chanson engagée occupe-t-elle dans la société ?

La chanson française engagée

La chanson engagée jalonne l’histoire d’autant de repères, de regards, de témoignages incomparables. Au fil du temps, elle a emprunté différentes appellations, qui en constituent autant d’aspects particuliers : contestataire, sociale, révolutionnaire, citoyenne, militante, voire prolétarienne au début du siècle dernier. La misère et le pouvoir ne datent pas d’hier et, intellectuelle ou populaire, la chanson a toujours dénoncé, critiqué la société

Le chant de révolte ou de résistance est donc étendu au travers du monde, dès les plus jeunes années. Qu'il soit aux Etats-Unis ou en France, son but est le même: dénoncer, remettre en  question, s'exprimer. 

Origines du chant engagé du moyen âge au 19e siècle

L’engagement était déjà présent parmi les poètes. Vers 1170, un poème de Chrétien de Troyes évoquait le triste sort des ouvrières tisseuses du Moyen Âge : «De fil d’or et de soie ouvraient / Chacune au mieux qu’elle savait / Mais telle pauvreté avaient / Que aux coudes et aux mamelles / Leurs robes étaient en dentelle». Cinq siècles plus tard, la brève période de la Fronde (1648-1653) a généré quelque cinq mille mazarinades Les mazarinades sont des pièces de vers satiriques ou burlesques, pamphlets ou libelles en prose publiés au sujet du cardinal Mazarin. «D’une violence et d’une verdeur qui frôlaient souvent l’obscénité, ces diatribes écrites au fil des événements forment la véritable chronique d’une actualité qui ne manquait ni de complots ni de scandales ni derebondissements» Marc Robine, Il était une fois la chanson française, des origines à nos jours (Fayard, 2004).On pourrait multiplier les exemples, tant chaque période clé a inspiré des poèmes puis des chansons de luttes, des rassemblements, l’exaltation de la liberté, comme l’hymne national français,La Marseillaise (1792), ou encore l’Internationale (Eugène Pottier, 1871) qui est connue comme le principal chant de lutte de la classe ouvrière dans le monde entier. Cependant, force est de constater qu’avant la fin du 18e siècle, la musique est avant tout pur divertissement, et que l’engagement y est plutôt rare.

 

Depuis le moyen âge et particulièrement après la révolution [de 1789], la chanson engagée est un moyen d’expression pour véhiculer ses idées. Elle est souvent militante, contestataire et représente les révoltes et les espoirs de son auteur. Les chansons engagées se sont beaucoup développées grâce à l’apparition des nouveaux médias de l’époque tels que la télévision ou encore la radio. De nos jours, c’est à travers les réseaux sociaux qu’elle est transmise. Elle peut être chantée sous différentes formes de musique : le jazz, le rock, la pop, le rap… Les paroles peuvent être caricaturées pour choquer ou bien pour aider l’auditeur à comprendre le message. Ce message est communiqué afin de remédier aux problèmes mis en cause par l’auteur.

Au fil des siècles, de nombreux mouvements engagés ont été provoqués par certaines chansons, ces chansons critiquaient ou soutenaient avec un impact plus ou moins fort à chaque époque.  La chanson engagée apparaît dès le moyen age et est essentiellement présente durant les périodes de crise où la chanson devenait une arme contre les détenteurs de pouvoir (exemple des chansons ouvrières qui expriment les aspirations du peuple lors des manifestations de rue).

dsc_0180 Damien Saez

Damien Saez, auteur, compositeur, interprète et instrumentaliste français est né le 1eraoût 1977 et est en scène depuis 1999. Indépendant et non-relayé par les médias depuis quatorze ans après avoir fait le choix de quitter sa maison de disque (Universal) en 2005, il rejette la société marchande et la politique occidentale. Il se considère comme un artiste révolté. 

Sa chanson "Les Anarchitectures dénonce la société dans laquelle nous vivons qu’il juge trop superficielle et médiatique.

Révolutionnaire et poète des temps modernes, Saez se dit «gavé de gris» et ne manque pas une occasion de provoquer, que ce soit en chanson ou dans les rares interviews qu’il accorde où il se décrit comme un homme usé et déclare : « Usé par l’ironie qui tua ma jeunesse, usé par la comédie, usé par les promesses. Usé par la folie, usé par le dégoût, usé d’être incompris, de marcher à genoux. »

La chanson engagée reflet des préoccupations de son époque. 

  Qu’elle soit militante, contestataire ou satirique, la chanson engagée a le plus souvent représenté les révoltes, les espoirs, soutenu des causes, accompagné l’Histoire, et marqué les préoccupations de leur époque La chanson engagée est une œuvre musicale chantée à travers laquelle l’artiste revendique, affirme ses idées C’est ainsi que les artistes, dans un contexte historique précis, décident de mettre leur art au service d’une cause et de leurs idées. La cause est au peuple ce que le peuple est à l’art, c’est pour cela que cet art pour la cause influence fortement la société et la politique.

Une chanson, œuvre composée d’un texte et d’une musique, peut posséder des formes très variées, ainsi que des genres très différents comme la musique folklorique, le jazz, le rock, etc. Ses utilisations sont nombreuses : elle est depuis longtemps un divertissement, mais aussi un moyen d’expression. Au moyen-âge, la chanson est utilisée pour des raisons religieuses ; en France au XVIIIe siècle, elle est utilisée pour la contestation, la révolte, avec par exemple La Marseillaise de Rouget de Lisle datant 1792 (Chanson guerrière, elle fut écrit à la suite de la déclaration de guerre à l'Autriche en 1792. Les paroles de ce chant ont été la cible de plusieurs polémiques. Plusieurs voix se sont élevées depuis le XIXe siècle pour dénoncer la teneur trop guerrière et violente du texte. Parmi elles, on peut citer "Jean Jaurès ".) les chants anarchistes français des années 1880-1900, et les chansons de la résistance et de la Libération aspirent à un changement, les « protest songs » en Amérique font de la musique folk un moyen de dénonciation et d'indignation des problèmes de leur époque...

Aujourd’hui encore, une chanson reste une excellente méthode pour véhiculer des idées, et un moyen privilégié pour exprimer un engagement. En effet, des airs connus offrent un impact immédiat à des paroles adéquates, faciles à reprendre par le "peuple". La chanson peut s'engager aussi bien pour l'environnement, et pour l'aide à une population, qu'en politique.

La chanson engagée peut être décrite comme une chanson dont les textes sont mis au service d'une cause, d'une idée. L'interprète de chansons engagées met en effet son art au service d'un engagement, et dénonce une réalité injuste, pour tenter d'y remédier. Cependant, il est difficile de savoir où s'arrête la chanson engagée et où débute le "Charity-business" ( chanson réalisée dans le but de faire du profit ), et quelles sont les limites d'une telle méthode de communication.

Les thèmes mis en évidence par l’auteur peuvent être multiples : politiques, des problèmes de société, ou encore écologiques.

Diam’s dans sa chanson Marine, dénonce et nous fait part de sa haine contre le Front National en s’adressant violemment à une dirigeante politique : « t’a tout fait pour qu’ça foire, Marine » « Ma haine est immense » « j’emmerde le Front National ».

Renaud, dans sa chanson Miss Maggie, déplore alors la politique de Margaret Thatcher comme nous le prouve ces quelques paroles : « aucune femme sur la planète, n’s’ra jamais plus con qu’son frère, ni plus fière ni plus malhonnête à part peut être madame Thatcher » « femme je t’aime […] à part bien sur Madame Thatcher ».

Certaines chansons peuvent également provoquer en détournant l’hymne national comme la chanson de Serge Gainsbourg : Aux armes et cætera, qui est une reprise reggae de la Marseillaise. Cette reprise créera une forte polémique et devant des menaces d’anciens parachutistes de l’armée française Gainsbourg devra annuler un concert.

1979 : sa version reggae de l'hymne national offre au chanteur la première place du hit-parade. Et un bel esclandre

gainsbourg-marseillaise

La chanson peut aussi servir à dénigrer des choix politiques comme l’a fait Boris Vian dans sa chanson antimilitariste : Le Déserteur. « Ma décision est prise je m’en vais déserteur » « Si vous me poursuivez prévenez nous gendarmes que je n’aurais pas d’armes et qu’ils pourront tirer »

La chanson du groupe Tryo : l’hymne de nos campagnes. « Si tu es né dans une cité HLM, je te dédicace ce poème » «  pas de boulot pas de diplôme partout la même odeur de zone plus rien agite tes neurones. »

Chanson de révolte

Chant de révolte, chanson contestataire?Ce genre musical, si tant est qu'on puisse le nommer ainsi semble vieux comme le monde.Un certain nombre de nos chansons populaires s'y apparentent.

C'est le cas de la chanson de Mandrin qui a connu un grand succès à la veille de la Révolution française.

Les chants des esclaves noirs sont, par excellence, des chants contestataires.La musique possède également ce caractère.

À l'Île de la Réunion, la pratique du rouleur, un tambour fait dans un tonneau de bateau, symbole des esclaves, est resté interdite jusqu'en 1981 !

On pourrait également le qualifier de genre littéraire. Il est d'ailleurs généralement le produit de la rencontre entre un écrivain et un compositeur.

 

 

Le « protest song » 

Américain Le «protests ong» a toujours été populaire aux États-Unis.Des artistes comme Woody Guthrie ou Pete Seegerl ont fait connaître à un large public. Le «protest song» américain est une véritable chanson derévolte moderne. C'est une chanson engagée, souvent accompagnée d'une ou plusieurs guitares,et qui traite volontiers des sujets politiques ou sociaux courants. L'éventail des sujets traités dans les textes de ces chansons est très vaste. Blowin' in the Wind de Bob Dylan est sans doute le point de départ d'une acceptation du « protest song » auprès des médias, la première chanson de révolte moderne à être diffusée a une échelle planétaire.Tirée d'un chant d'esclaves, un negrospiritual, qu'il arrange avec génie, cette chanson sera reprise par les 250 000 manifestants de la Marche sur Washington organisée par les leaders des droits civiques dont Martin Luther King qui y prononça son célèbre discours I Have a dream.

 

 

How many years must a mountain exist / before it is washed to the sea? How many years can some people exist / Before they're allowed to be free? An' how many times can a man turn his head, /An' pretend that hejust doesn'tsee? The answer, my friend, is blowin' in the wind, /The answer is blowin' in the wind.

Combien d'années faut-il à la montagne pour arriver à la mer ? Combien d'années un peuple peut-il exister avant d'obtenir la liberté ? Et combien de fois un homme peut-il détourner la tête et faire comme s'il n'avait rien vu? La réponse, mon ami, est portée par le vent, la réponse est portée par le vent.

 Lorsque Bob Dylan chante cette chanson en avril 1962, il n'avait que 21 ans. La guerre du Viêt Nam entraîne une mobilisation importante des jeunes américain autour de la non-violence et du droit des peuples et des hommes. La musique est leur porte-parole dans le conflit qui les oppose à la génération de leurs parents.

Neil Young embraya le pas avec "Ohio" en 1970 sur l'album de Crosby, Stills, Nash & Young : "4 Way Street". La chanson a été inspirée par le meurtre de quatre étudiants par la police au campus de Kent dans l'Ohio

 

«Les plus beaux chants, ce sont les chants de revendication», affirmait Léo Ferré. Il y a cent ans,Joe Hill(1879-1915), chanteur engagé et membre du syndicat américain Industrial Workers of the World, grande figure des luttes sociales du début du 20e siècle aux Etats-Unis, déclarait déjà «un tract, on ne le lit qu’une seule fois. Une chanson, on l’apprend par cœur» Changer le monde avec une chanson, L’Humanité, 29 novembre 2003. Dans les années 1930, Woody Guthrie avait inscrit sur sa guitare : «Cette machine tue les fascistes.» Dans les années 70, Fela Kuti, véritable contre-pouvoir de l’Etat nigérian et adepte d’une solution panafricaine, déclarait : «La musique est l’arme du futur.» Une chanson peut appeler à la démobilisation, à l’instar du Déserteur de Boris Vian, ou à l’inverse, comme le Back of the Bus de Carver Neblett (1964) :

Si tu ne me trouves pas à l’arrière du bus, si tu ne me trouves pas dans les champs de coton, si tu me trouves nulle part, viens donc au bureau de vote, j’y serai en train de voter

Jacques Denis, Protester avec l’électrochoc de la musique, Le Monde Diplomatique, juin 2006»

 

Une chanson reste aujourd’hui encore un formidable vecteur d’idées et un moyen privilégié d’exprimer un engagement. La chanson militante, à notre époque caractérisée par une médiatisation extrême et une consommation musicale de masse édulcorée, reste un genre certes marginal, mais dont la vigueur est réelle. Ainsi des airs connus servent-ils aujourd’hui pour donner un impact immédiat à des couplets de circonstance, faciles à reprendre par la foule. Avec des groupes comme les Têtes raides, la chanson s’engage jusque dans la rue, tandis qu’avec Zebda, elle entre dans le jeu politique. Aujourd’hui, il n’est plus un rassemblement anticapitaliste sans concert, pas une grande cause qui n’ait son porte parole musical.

Mais au fond, qu’est-ce qu’une chanson engagée ou militante ? On pourrait la décrire comme une chanson dont les textes sont au service d’une cause, d’une idée. L’interprète, conscient de problèmes de la société, met ainsi son art au service d’un engagement et dénonce une réalité injuste. «En allant plus loin que la description d’un état, qui indique une certaine impuissance face au monde monstrueux, le protest singer se saisit de cette mémoire pour devenir membre actif de ce qui est en train de se passer : il ne relate plus, il s’expose», considère le producteur Jean Rochard, créateur du label Nato dans les années 80

Pourtant, une chanson ou un chanteur peuvent-ils vraiment changer le monde ? La chanson militante serait-elle une manière de faire de la politique, de contester l’ordre mondial et les rapports de pouvoir? Nous constatons que la musique a accompagné – parfois précédé – les changements de société, les évolutions, voire les révolutions. L’histoire de la chanson militante suit de près l’histoire politique et ses récurrentes contestations sociales : des travailleurs, des étudiants, des pacifistes, des exclus, des femmes, de ceux qui réclament une autre société, un autre monde. Et pour se faire les porte-voix de ces contestations sociales, il y a toujours eu des artistes qui se sont engagés.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

larella 16/11/2019 07:32

bjr
je vous présente:
une drôle de chanson sur le mouvement "gilets jaunes".
A partager...
https://soundcloud.com/mephisto-gray/le-ptit-soldat-mephisto-gray
merci

larella 12/02/2020 09:37

Larellla prod
est mon nom d'attachée de presse.
Je représente cet artiste hors sentier pour l'Europe.
Merci pour l'auteur de présenter sa chanson

J.L.D. 16/11/2019 19:27

Bonjour
Magnifique poème chanté. Il reflète parfaitement bien le contexte actuel et les méthodes du gouvernement face à la population qui n'en peut plus. Je vais l'inclure à mon article et la partager sur FB.
Merci pour votre contribution.
JL Deparis
P.S. C'est quoi au juste larella prod