Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ma musique mes coups de gueule les états d’âmes de J.L.D.

La musique peut tout entreprendre, tout oser et tout peindre, pourvu qu'elle charme et reste enfin, et toujours, de la musique. Ravel (extrait de Esquisse autobiographique).

Les instruments de musique les plus insolites du monde

Les instruments de musique les plus insolites

https://www.detroitmusic.fr/les-5-instruments-de-musique-les-plus-insolites/

Le génie des musiciens parvient à s’exprimer non seulement dans la composition d’un morceau de musique, mais aussi dans la technique avec laquelle cette pièce est interprétée. Mais les compétences des interprètes dépassent toutes les limites lorsque les instruments de musique prennent des formes et des fonctions hors norme. Ci-dessous, nous vous présentons cinq des plus curieuses jamais conçues.

Instruments de musique insolites: apprenons à les connaître de près
L’histoire de la musique regorge d’ instruments de musique de conformation, gamme, registre et caractéristiques différents qui les rendent plus susceptibles d’appartenir à une famille plutôt qu’à une autre. La créativité humaine, cependant, n’a pas de frontières particulières, et c’est précisément pour cette raison que même dans le domaine des instruments de musique, nous trouvons des propositions plutôt inhabituelles et amusantes: nous découvrons cinq instruments innovants capables de nous émerveiller.

1- Le tritarra:

comme son nom l’indique, c’est une variante de la guitare, née au Canada et fortement souhaitée par certains mathématiciens éclectiques. Son corps est constitué d’une corde vibrante solidaire de trois points d’ancrage: une fois pincée par le musicien, il est possible de produire des sons très exotiques et certainement différents en acuité par rapport aux guitares classiques.

2 – Le thérémine:

parmi les instruments de musique à caractère électronique, c’est certainement l’un des plus curieux, car il n’offre pas de contact direct avec le musicien, comme cela se produit pour la plupart des chordophones, membranophones, vents et tous d’autres familles d’instruments. Il se compose de deux antennes principales qui sortent d’un boîtier contenant la mécanique principale, et peut être contrôlé simplement en déplaçant les mains sur l’instrument, sans toutefois établir de contact physique. Son son est très vibrant et il a été, et est, utilisé pour orner les bandes sonores de films populaires.

3 – La flûte hyperbasse:

c’est un instrument de musique de la famille des vents aux caractéristiques uniques. En plus d’être le timbre le plus grand et le plus bas du groupe, il est capable d’atteindre des tons inférieurs à 4/8 de la flûte traversière typique, atteignant des tons inférieurs au do grave du piano, pouvant toucher ce qui est considéré comme le seuil de perception humaine des sons graves.

4 – le didgeridoo :

instrument qui dérive des anciennes cultures de l’Australie aborigène, il se compose d’un corps épais de forme conique ou cylindrique, à l’intérieur duquel il est possible de souffler pour obtenir des sons qui, dans les traditions des peuples autochtones de l’île, accompagnaient rituels sociaux. Il est souvent joué en le frappant avec les soi-disant « clap sticks », qui en font encore un instrument de percussion avec un son décisif et puissant. En Occident également, il a été réévalué, grâce aux influences de la musique du monde et aux amateurs d’instruments de musique tribaux, qui voulaient diffuser les sons caractéristiques de groupes sociaux encore très proches de leurs traditions en Occident.

5 – La guitare Picasso:

parmi les instruments de musique avec le nom et la construction les plus originaux et inhabituels. C’est un hybride entre harpe et guitare, avec un nombre exorbitant de cordes: il y en a en fait quarante-deux en tout, disposées sur cinq manches qui permettent l’exécution de combinaisons harmoniques et d’accords à des musiciens professionnels qui aiment les mélodies complexes et la virtuosité.

La construction de cet instrument a pris environ deux ans au luthier Linda Manzer, qui l’a conçu spécialement pour le célèbre Pat Metheny. Le poids total de l’instrument est d’environ 6,7 kg; évidemment un poids assez exorbitant pour un instrument à cordes, qui est pourtant largement récompensé par des sons décidément uniques.

6 - La Kalimba: 

Les origines de la kalimba se trouvent en Afrique où cet instrument aurait été inventé deux fois : il y a environ 3000 ans sur la côte Ouest vers le Cameroun, comme instrument complètement en bois avec des lamelles en bambou, rotin ou palmier, et il y a environ 1300 ans au Zambèze où on en retrouve des traces avec des lamelles en métal. 
Kalimba est le nom donné par l’ethnomusicologue Hugh Tracey dans les années 1950 lorsqu’il a commencé à introduire en Occident cet instrument de musique d’origine africaine, appelé mbira par le groupe ethnique Shonas du Zimbabwe. La mbira est un instrument emblématique de la culture Shonas.
Cet instrument porte plusieurs noms selon l’aire géographique où il est utilisé : likembe, sanza ou senza au Cameroun et Congo, mbira au Zimbabwe et Malawi, lukeme, karimba en Ouganda…
Les Européens l’appelaient piano à pouces ou piano à doigts mais c’est sous le nom de kalimba qu’on désigne maintenant tous les pianos à pouce qui ne sont pas traditionnels en Afrique. Mbira reste le nom générique utilisé pour les pianos à pouce traditionnels africains.

7- Le launeddas

La launeddas ou konsertu, est un instrument de musique aérophone, de la famille des bois. C’est une clarinette polyphonique présentant trois tuyaux, à anche simple. Il faut tenir les trois anches dans la bouche, puis inspirer l’air par le nez et le souffler par la bouche. On obtient alors un son continu, riche et puissant.

<B> Du Canada vient le "tritar" <br> un instrument avec des cordes en Y </B>
1-le "tritarra"

Instrument de musique à cordes, développé par un groupe de mathématiciens d'une université canadienne, très proche de la guitare, dont il diffère par l'ancrage des six cordes en trois points au lieu de deux (d'où la forme caractéristique en Y) ; lorsqu'ils sont pincés, ils émettent, en plus des sons harmoniques typiques d'une guitare normale, également un son non harmonique similaire à celui produit par une cloche.

Du Canada vient le "tritarra" un instrument à cordes développé par les mathématiciens de l'Université de Moncton.
"Ça sonne comme une guitare, mais a des sons plus riches et plus exotiques"

Par LUIGI BIGNAMI sur :

https://www.repubblica.it/2006/06/sezioni/scienza_e_tecnologia/nuovo-strumento/nuovo-strumento/nuovo-strumento.html

ROME - Au cœur de nombreux instruments de musique, de la guitare au violon par exemple, il y a toujours un composant simple : une corde qui est tendue et accordée entre deux points précis. Qu'elle soit courte ou très longue, sa tâche est en tout cas de créer des vibrations qui, grâce à une caisse de résonance, parviennent jusqu'à l'oreille de l'homme à l'intérieur de laquelle se produisent les agréables sons de la musique.

Malgré la longue histoire derrière les instruments de musique à cordes, personne n'avait pensé à ce qui a créé un groupe de mathématiciens canadiens : un instrument de musique où la corde vibrante a une forme en « Y » et possède 3 points d'ancrage.

Qu'est-ce que cela ajoute à la musicalité d'une corde frottée ou pincée qui n'a que deux points d'ancrage ? "Le segment supplémentaire ajoute une sonorité exotique, une harmonique qu'une seule corde ne peut pas produire", a expliqué Samuel Gaudet de l'Université de Moncton, au Nouveau-Brunswick, qui, avec quelques collègues, a mis au point le nouvel instrument de musique. Ce qui en est ressorti s'appelait "tritarra". Il se joue comme une guitare, mais au lieu d'avoir six cordes simples tendues entre deux points, il a six cordes tendues entre trois points. Les doigts, cependant, produisent des sons en serrant la corde le long de l'étirement le plus long.

Lorsque vous pincez la corde d'une guitare conventionnelle dont les cordes ne sont tendues qu'entre deux points extrêmes, un son avec une fréquence fondamentale plus une série d'harmoniques est généré. Ces harmoniques sont deux, trois ou autres multiples de la fréquence du son fondamental. Les harmoniques dans leur ensemble sont responsables du timbre d'un son, c'est-à-dire de sa qualité.

"Le tritarra, en revanche, génère non seulement les harmoniques classiques, mais aussi une harmonique non harmonique", explique Gaudet. En fait, si vous écoutez le son, il semble percevoir la percussion d'un instrument semblable à une cloche ou à un gong. L'effet est précisément lié à la présence de ce super son. Selon la façon dont chaque note du tritarra est jouée, une ou plusieurs harmoniques non harmoniques peuvent être produites. "De cette façon, l'instrument offre une richesse sonore qu'une guitare est loin de produire", a déclaré Gaudet.

Tout le monde est-il donc d'accord pour introduire ce nouvel instrument dans les fanfares ou les orchestres ? Pas vraiment. Bernard Richardson, physicien et spécialiste du son à l'université de Cardiff au Pays de Galles commente : « C'est vrai que le tritarra offre un son bien plus riche que n'importe quel autre instrument à cordes, mais on ne peut pas forcément dire qu'il est meilleur. A mes oreilles en effet, il vient comme une cloche ou une cymbale un peu désaccordée".

"La musique est très subjective - répond Gaudet - et je ne rejette pas l'avis de Richardson. Cependant, le son de la guitare m'inspire et c'est beaucoup".
Le nouvel outil a été présenté pour la première fois lors de la récente réunion de l'Acoustical Society of America. ( 5 juin 2006 )

Par LUIGI BIGNAMI sur :

https://www.repubblica.it/2006/06/sezioni/scienza_e_tecnologia/nuovo-strumento/nuovo-strumento/nuovo-strumento.html

La Repubblica
Division Publishing Group L'Espresso Spa - 

tritarra

m.c. [comp. de tri - "trois" et ( qui ) tarra ]. - Instrument de musique à cordes, développé par un groupe de mathématiciens d'une université canadienne, très proche de la guitare, dont il diffère par l'ancrage des six cordes en trois points au lieu de deux (d'où la forme caractéristique d'un Y) ; lorsqu'ils sont pincés, ils émettent, en plus des sons harmoniques typiques d'une guitare normale, également un son non harmonique similaire à celui produit par une cloche.

 2-Le thérémine
Les instruments inouïs | À la découverte du thérémine

08 nov. 2018 - mise à jour 08 nov. 2018 

Par Céline Dekock

Instrument étrange et inouï qu’est le thérémine, un des seuls instruments de musique qui produit un son sans qu’on le touche. Jouissant d’une aura mystérieuse, on voit un regain d’intérêt pour cet instrument pour lequel on continue à composer. Nous vous proposons donc une plongée dans l’histoire du thérémine, de son invention à son évolution et son utilisation et son influence dans la pop culture.

Qu’est-ce qu’un thérémine ?

L’éthérophone, plus communément appelé thérémine, est un instrument de musique électronique – c’est même l’ancêtre des instruments électroniques et des synthétiseurs modernes. Il fut inventé en 1920, par le physicien russe Lev Sergeyevich Termen – plus connu sous le nom de Léon Theremin.

Les instruments inouïs | A la découverte du thérémine

Le thérémine est donc le premier instrument de musique à fonctionner entièrement à l’électricité et à produire un son sans nécessiter une "intervention physique" de l’instrumentiste. En effet, pas besoin de toucher l’instrument pour produire un son. Le thérémine génère un son au moyen d’oscillateurs électroniques. Pas étonnant donc que son inventeur soit un physicien, passionné de musique classique et violoncelliste à ses heures perdues.

Pour comprendre un peu mieux son fonctionnement, regardons d’un peu plus près les composants de l’instrument.

Comment cela fonctionne ?

Les instruments inouïs | A la découverte du thérémine

Le thérémine se compose d’un boîtier électronique équipé de deux antennes, l’une verticale, sur la droite de l’instrument, et l’autre horizontale, en forme de boucle, située à la gauche de celui-ci.

Lorsqu’un.e. théréministe joue de l’instrument, sa main droite commande la hauteur de la note, en faisant varier sa distance à l’antenne verticale. L’antenne horizontale, en forme de boucle, est utilisée pour faire varier le volume selon sa distance à la main gauche. C’est ce que vous pouvez voir sur le schéma à votre gauche.

Le principe est donc assez simple : deux champs magnétiques sont créés autour des antennes lorsque l’instrument est allumé. Lorsque le joueur approche ou recule ses mains des antennes, la taille des champs magnétiques varie. Lorsque celui de l’antenne horizontale est perturbé, le volume du son change. Plus la main est proche de l’antenne, moins le volume est élevé. Quand le joueur approche sa main de l’antenne verticale, la fréquence de la note augmente, donnant un son de plus en plus aigu.

Comme une démonstration vaut toutes les explications, laissons l’inventeur de cet étrange instrument, Léon Theremin, nous jouer quelques notes.

Un instrument de propagande et d’espionnage
Les instruments inouïs | A la découverte du thérémine
Dès sa création, le thérémine rencontre un immense succès. Léon Theremin est très rapidement invité à se produire pour Lénine, qui perçoit immédiatement l’instrument comme un excellent moyen de propagande pour promouvoir l’électricité et démontrer la suprématie russe. Theremin se voit donc accorder l’autorisation de faire un tour de démonstration et de propagande à travers toute la Russie, dans un premier temps, et puis en Europe et même aux Etats-Unis.

Mais cette tournée de promotion en Amérique est en réalité une couverture pour le service de renseignements de l’Armée Rouge (GRU), qui utilise, bien malgré lui, Leon Theremin pour récolter des informations sur la technologie et l’industrie américaine.

Un instrument rare et peu connu… Mais pas oublié
Malgré le succès immédiat du thérémine, et sa commercialisation à grande échelle en 1929, l’instrument voit sa popularité chuter aussi vite que celle-ci s’est formée. Lors de ses démonstrations et promotions, Leon Theremin dépeignait le thérémine comme un instrument très accessible et facile à jouer.

C’est le plus facile de tous les instruments à jouer ! Un enfant, une vieille dame, un musicien talentueux, un aveugle, tous peuvent apprendre à jouer de cet instrument incroyable avec la même facilité ! Il est destiné à devenir l’instrument musical universel ; les gens vont pouvoir y jouer aussi facilement et naturellement qu’ils écrivent ou qu’ils parlent.

Leon Theremin

Une publicité enthousiaste qui s’est révélée être quelque peu mensongère ou en tout cas, légèrement exagérée. Et le grand public a donc très rapidement abandonné le mouvement.

L’histoire connut plusieurs instrumentistes célèbres de thérémine. La plus connue est sans nul doute la violoniste et théréministe Clara Rockmore, connue à ce jour comme l’une des plus grandes virtuoses du thérémine.

Jouez du thérémine avec Clara Rockmore.

Actuellement, l’instrument est devenu très rare mais il existe encore quelques théréministes passionnés comme la musicienne rémoise Gladys Hulot (hYrtis de son nom de scène), ou encore la théréministe allemande Caroline Eyck, qui ouvrira ce vendredi 9 novembre le Festival Ars Musica, avec la création nationale du Concerto pour thérémine et orchestre de Régis Campo.

L’instrument et son son si particulier sont également emblématiques des musiques d’ambiance de films de science-fiction. Bernard Herrmann, compositeur d’Alfred Hitchcock, l’utilisa dans Le jour où la terre s’arrêta de Robert Wise. Il l’utilisa aussi dans Les Oiseaux d’Hitchcock. L’emploi du thérémine devint de plus en plus fréquent dans les films de science-fiction des années 60-70.

En dehors du domaine classique et de la musique de film, le thérémine fut également utilisé par des groupes de rock, tels que Aerosmith, Radiohead, Led Zeppelin ou encore les Rolling Stones, mais aussi par des chanteurs tels que Benjamin Biolay, Zazie ou Jean-Michel Jarre.

Le thérémine apparaît également dans la culture pop, notamment dans des séries comme Les Simpsons ou The Big Bang Theroy. Dans cette dernière, le personnage de Sheldon Cooper interprète le thème de Star Trek avec son thérémine.

À l’occasion de l’édition 2018 du festival Ars Musica, consacré à la création musicale, Musiq3 s’associe à la Youtubeuse Val So Classic, pour vous faire découvrir une série d’instruments étranges, peu connus du grand public, et qui seront à l’honneur pendant le mois du festival Ars Musica.

3-La flûte Hyperbasse

Fichier:Double-contrabass-flute.jpg — Wikipédia

La flûte de Hyperbass est le plus grand et le plus grave instrument dans la famille des flûtes , avec tube d'atteindre plus de 15 mètres de longueur . Il est lancé en C , quatre octaves en dessous de la flûte de concert ( trois octaves en dessous de la flûte basse , deux octaves en dessous de la flûte contrebasse et une octave en dessous de la double flûte contrebasse ) , avec sa note la plus basse étant C0 , une octave au-dessous du plus bas C sur un piano standard . À 16 Hz , c'est en dessous de ce qui est généralement considéré la gamme de l'audition humaine ( 20 à 20 000 Hz ) .. La flûte Hyperbass est faite de PVC et bois Il semble y avoir des trous de tonalité larges , fabriqués à partir de raccords en T standard, mais sans clés , ceux-ci sont couverts avec les paumes des mains .Le premier exemple connu de l'instrument a été construit par Francesco Romei , un artisan florentin , pour flûtiste italien Roberto Fabbriciani . Fabbriciani est l'inventeur et interprète principal de cet instrument . Il l'appelle Hyperbass flûte et flauto iperbasso en italien [ 2 ] .Spécialiste de la flûte basse Peter Sheridan a commandé la première Hyperbass entièrement chromatique flûte du fabricant néerlandais Jelle Hogenhuis en Août 2010  . L'instrument est réellement innovant dans son approche de la distribution de partiels , comme soufflée de manière correcte un accord de trois à quatre voix se fait entendre. L'instrument peut produire , un ton énervé grognant , ainsi que le soutien d'un grand ensemble de flûtes et des vents sur une poignée de notes ( C1-F1 ) . Les 32 pieds de tuyauterie , nécessaires pour produire les fondamentaux , permet l'exploration créative .

Flûtiste d'Ille-et-Vilaine sur :

https://marion2296.wixsite.com/flutistedillevilaine/flte-hyperbasse

4 – le didgeridoo :

Didgeridoo, instrument de musique

Le didgeridoo est un instrument de musique aérophone de la famille des cuivres, bien qu’il soit en bois. Le didgeridoo est une trompe, dont le long tuyau est fait d’une branche d’eucalyptus évidée par les termites. Son utilisation est assez complexe. Elle exige une coordination et un contrôle précis des lèvres, des joues, de la langue, de la voix et du souffle. Les joueurs emploient une technique d’insufflation continue permettant une émission ininterrompue du son.

À l’origine, cet instrument est joué par les Aborigènes du Nord de l’Australie, son usage semble très ancien et pourrait remonter à l’âge de la pierre (20 000 ans), d’après une peinture rupestre représentant un joueur de didgeridoo, analysée au carbone 14. La tessiture du didgeridoo comprend environ une octave et demie. 

 On peut retrouver le didgeridoo dans différents genres musicaux, en musique traditionnelle, worldmusic, en techno (notamment la tribe), rock, rap, etc…

Sur :

https://www.imusic-school.com/blog/encyclopedie/instruments/didgeridoo/
5 – La guitare Pikasso (Picasso) :

Une guitare Manzer Pikasso II à manches multiples.

La Pikasso de Pat Metheny

Aussi surprenant que cela puisse paraître, Pat Metheny n’a pas construit cette incroyable guitare tout seul. Il a reçu l’aide de la luthière canadienne Linda Manzer. Baptisée en référence au maitre du cubisme, elle a quatre manches et 42 cordes. Le commun des mortels se contenterait de faire un selfie avec cet instrument. Metheny, lui, a composé plusieurs albums avec.

Écrit par Chris Parkin Publié le 16.03.2017 Sur :

https://www.redbull.com/fr-fr/instruments-musique-bizarres-photos

Le chef d'oeuvre de la lutherie : la guitare

Pikasso 42 cordes par Linda Manzer

Cet instrument personnalisé a été créé pour Pat Metheny en 1984.

Origine

En 1984, Pat Metheny m'a demandé de concevoir et de construire une guitare avec "autant de cordes que possible". La collaboration qui en a résulté a été la guitare Pikasso. En 1992, feu Scott Chinery m'a demandé de construire une version strictement acoustique du Pikasso de Metheny. Ainsi, Pikasso II. Ce deuxième Pikasso a récemment été exposé au Boston Museum of Fine Arts dans une exposition intitulée « Dangerous Curves ».

Ingrédients

Dos et éclisses en palissandre indien, table en épicéa allemand, manches en acajou, touches, ponts et plaques frontales en ébène, garnitures décoratives en ormeau de Pau Buis, palissandre, rosace en ormeau, inserts en laiton pour montage sur support.

Caractéristiques spéciales

Quatre cous. Deux ouïes. Deux portes d'accès ; un sur le côté du joueur supérieur et un sur le bloc de queue (basé sur une conception de porte à panneaux par le brillant -Abraham Wechter).

Le Wedge™est une fonction spéciale que j'ai conçue spécifiquement pour cet instrument. Le corps est effilé de sorte que le côté le plus proche du joueur soit plus fin que le côté qui repose sur le genou du joueur, penchant ainsi le haut vers le joueur pour une vue plus aérienne. C'est aussi plus confortable sous le bras du joueur. Cette fonction est disponible en option sur toutes mes guitares flattop. Cet instrument était équipé d'un système de micro piézo à la pointe de la technologie (conçu et installé par Mark Herbert, Boston). Cela comprenait un micro hexaphonique sur la section à 6 cordes qui permettait à Metheny d'accéder à son système informatique Syclavier déclenchant ainsi n'importe quel son, y compris des sons échantillonnés. (Un échantillonnage de saxophone peut être entendu sur la chanson "Mob Job. ”) Deux trous de montage sur le côté des aigus (côté genou) sont tels que la guitare peut être montée sur des inserts internes en laiton se fixant à un support, laissant les mains libres pour jouer ou regarder. Les ponts latéraux en laiton ont été fabriqués par Linda et le machiniste Bruce West.

Cet instrument a pris 2 ans à construire (environ 1000 heures), et lorsque les 42 cordes sont accordées au diapason de concert, le Pikasso est sous une pression d'environ 1000 livres. Il pèse 6,7 kg (14 3/4 lb).

Écoutez le Pikasso sur de nombreux enregistrements

Anna Maria Jopek et Pat Metheny Metheny Trio en direct - "Dans le rêve" 2001
CD Metheny/Jim Hall – « Dans le rêve » – 2000
Metheny "Jour imaginaire" CD - "Dans le rêve" 2000
AUSSI : Pat Metheny / Ornette Coleman « SONG X » (Geffen 9 24096-2) Coupe : Mob Job, Pat Metheny «
Secret Story ” (Geffen GEFN-24468) Coupes: Trouver et croire, Rain River, As the Blossom Flowers (Je viendrai à toi)
Pat Metheny avec Kenny Garrett "Poursuivre" Coupe: "Après la pluie"
PMG Netcast : patmethenygroup.com.

https://manzer.com/guitars/custom-models/pikasso/

L'HISTOIRE DE LA GUITARE PIKASSO

La guitare acoustique à 42 cordes rendue célèbre par la légende du jazz Pat Metheny est un chef-d'œuvre inspiré par l'innovation musicale et vice versa.

Par Justin Becker 24 mai 2022 sur

https://guitar.com/features/gallery/story-of-the-pikasso-guitar/

De nombreux instruments personnalisés sont visuellement saisissants, conçus pour améliorer ou soutenir le spectacle ou la personnalité d'un artiste. D'autres modèles uniques sont destinés à avoir un impact grâce à leur offre sonore. Construit par le luthier Linda Manzer et utilisé par le grand jazz Pat Metheny pendant près de 40 ans, ce chef-d'œuvre acoustique à 42 cordes fait les deux.

Théorie des cordes

Né à Toronto, Manzer est un luthier intrépide et créatif, ayant travaillé avec tout le monde, de Carlos Santana et Paul Simon à Bruce Cockburn et Gordon Lightfoot. Metheny n'est pas en reste non plus. Il a remporté 20 Grammys et détient la rare distinction de victoires dans 10 catégories différentes. Le duo a collaboré sur de nombreux instruments acoustiques au fil des ans, mais aucun n'est aussi unique et innovant que Pikasso.

Le projet a débuté en 1984, lorsque Metheny a confié à Manzer une mission simple : concevoir et construire une guitare avec autant de cordes que possible. Le résultat? Un instrument acoustique hybride à 42 cordes avec quatre manches et deux rosaces.

Le Pikasso a présenté de nombreux défis pour Manzer, notamment le routage des cordes. Avec autant de cordes qui s'entrecroisent, le luthier a dû anticiper et prendre en compte la jouabilité des quatre sections de l'instrument. Pour aider au confort de l'instrument, Manzer a également créé une nouvelle tournure dans la conception de la guitare. 

Regardez-le de côté et vous verrez que le Pikasso est en fait en forme de coin, plus fin en haut et plus épais en bas, là où la guitare repose sur le genou. Cette inclinaison de l'instrument a permis à Metheny de mieux voir la gamme de cordes qui traversent sa table d'harmonie à des angles non conventionnels. La Pikasso a été la première guitare à utiliser le Manzer Wedge, qui est depuis devenu une caractéristique standard sur presque toutes les guitares de luthier.

Forme des choses à venir

Regarder tant de cordes a dû être stressant pour Metheny, mais elles présentent également une autre forme de stress pour le Pikasso. Avec les 42 cordes accordées à la hauteur de concert, environ 1 000 livres de pression sont exercées sur le cadre en bois de la guitare. 

Manzer a déclaré que la première fois qu'elle avait suspendu le Pikasso, elle était « terrifiée qu'il explose. J'ai même porté des lunettes de sécurité au cas où.

La tension accrue a nécessité une conception créative en ce qui concerne les motifs de contreventement qui se trouvent sous la table en épicéa allemand de la guitare. Le Pikasso présente un dos et des éclisses en palissandre indien, qui ont également dû être renforcés, ainsi que les quatre manches en acajou avec des touches en ébène. Les ponts et les platines sont également en ébène.

Également intégré dans la conception est un système de micros qui permet une palette tonale élargie. Chaque chevalet est équipé d'un micro piezo conçu et installé par Mark Herbert dans sa boutique de Boston, Massachusetts. La section à six cordes dispose également d'un micro hexaphonique supplémentaire qui a permis à Metheny d'utiliser la guitare en conjonction avec son système informatique Synclavier, à travers lequel il pouvait déclencher des échantillons sonores. 

La guitare est lourde, faisant pencher la balance à 6,7 kg, soit près de 15 livres. Mais sa forme en coin le rend étonnamment confortable à jouer. Compte tenu de la tension des cordes, il est également resté très stable au fil des ans.

Le Pikasso a-t-il subi des altérations ou des modifications depuis que Manzer l'a livré à Metheny au milieu des années 1980 ?

"Il a été remarquablement résistant et difficile, même après avoir fait le tour du monde des dizaines de fois en tournée avec Pat au fil des ans", a déclaré Manzer. "À un moment donné, il a été abandonné et la tête de cheville à l'arrière de la guitare s'est fissurée, et j'ai simplement remplacé toute cette section et je l'ai un peu repensée. Sinon, c'est assez original. 

Peindre un chef d'oeuvre

Dans le cas où le Pikasso nécessite un entretien de routine, Manzer peut accéder à ses entrailles via les portes d'accès qu'elle a judicieusement installées lors de la construction de l'instrument, ainsi que ses deux rosaces - une du côté supérieur du joueur et une au bloc de queue. Le Pikasso figure sur une grande partie du travail de Metheny, y compris son album primé aux Grammy Awards Imaginary Day .

En ce qui concerne le nom, Manzer dit que la guitare avait plusieurs titres de travail lors de la construction. Mais les gens remarquaient que cela ressemblait à quelque chose que Pablo Picasso aurait peint, d'où le nom de Pikasso.

Le Pikasso a pris un an à concevoir et à terminer. Plus tard, en 1992, Manzer a créé une version strictement acoustique du Pikasso pour le célèbre collectionneur de guitares vintage Scott Chinery. 

Plus récemment, Manzer s'est surpassée, ainsi que la Pikasso, avec une guitare acoustique à 52 cordes et cinq manches - frettée standard, sans frette, baryton, touche festonnée et harpe. Conçu pour le musicien danois Henrik Andersen, il était basé sur un dessin animé qu'il a dessiné de l'instrument.

Le Pikasso a enfreint de nombreuses règles établies par les fabricants de guitares acoustiques traditionnelles, renversant les notions de longue date sur l'apparence et le son d'une guitare. Courageusement non conventionnelle, la conception et la mise en œuvre du Pikasso sont un hommage approprié au peintre avec lequel il partage son nom. 

Guitare Pikasso

Par Justin Becker 24 mai 2022 sur

https://guitar.com/features/gallery/story-of-the-pikasso-guitar/

6 - la Kalimba 

Il existe un instrument peu connu du grand public, dont la pratique est aisée et qui produit un son avec quelque chose de magique et de doux, dont nous voulions  vous parler dans cet article.

Il s'agit de la Kalimba : un instrument que tout le monde va aimer !

Origine et Histoire :

La Kalimba est un instrument originaire d'Afrique Subsaharienne. A l'instar du xylophone, du glockenspiel et du vibraphone cet instrument fait partie de la famille des idiophones (ce sont les instruments dont le son est produit par la matière même des instruments en question).

Utilisée à l'origine dans la musique traditionnelle, la Kalimba possédait des lamelles de bambou qui furent remplacées ensuite par des lamelles en métal.

Comme beaucoup d'instruments africains, la kalimba peut porter plusieurs noms:

Mbira, Sanza, Piano à pouces etc.

 

Description et Utilisation :
 

Le corps de cet instrument peut être une noix de coco, une planche de bois ou une caisse de résonance en bois.

Les sons sont produits par la vibration de lames taillées chacune à une longueur précise produisant ainsi une note déterminée et que l'on peut compter au nombre de 5 jusqu'à plus de 20 suivant les modèles.

L'utilisation de cet instrument est très simple: on prend le corps au creux de la main et l'on vient faire vibrer les lamelles avec les pouces.

Aujourd'hui, on retrouve cet instrument dans des registres très différents. En plus d'être utilisé dans les "musiques du monde", il est présent en musicothérapie et en éveil musical.

Sa sonorité si particulière fait qu'il est également très utilisé dans la musique actuelle.

 

la launeddas

Launeddas, instrument de musique

L’origine de la launeddas

La launeddas est originaire du Sud de la Sardaigne. C’est d’ailleurs le seul endroit où elle est utilisée.

On retrouve cependant des instruments similaires en méditerranée. La launeddas peut jouer 5 notes par tuyau. La launeddas était jouée pour les danses, les processions ou les mariages.

https://www.imusic-school.com/blog/encyclopedie/instruments/launeddas/

 

Instrument traditionnel du sud de la Sardaigne, cette triple clarinette présente trois minces tuyaux de longueurs différentes et dotés chacun d'une anche battante simple. Le joueur tient les trois anches dans la bouche, inspire l'air par le nez et souffle par la bouche de manière à produire un son continu. Il en résulte un son riche et puissant.

photo de Launeddas

Famille : Bois
Tessiture :  5 notes sur chaque tuyau.
Matériau : Canne à sucre.
Dimensions - Variables : le tuyau le plus long mesure 51 cm.
Origines : La launeddas est originaire du sud de la Sardaigne, c’est d’ailleurs le seul endroit où on l’utilise. Ses ancêtres sont le mat, une ancienne flûte égyptienne, et l’aulos, instrument à anche grec.
Classification
Aérophone : le son est produit par la vibration d'une colonne d'air.
Et aussi... Il est fort probable qu’à l’origine du nom launeddas, on trouve les mots ‘lau’ qui signifie laurier et ‘cannas’ qui signifie roseau.

http://www.instrumentsdumonde.fr/instrument/119-Launeddas.html

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article